Impressum/Contact
Weiss - signature

Silvius Leopold Weiss
(1687-1750)

Deutsch English Francais

S.L.Weiss - Documents
Gottscheds Handlexicon

1. Le Luth
2. Silvio Leopold Weiß

Le Handlexicon oder Kurzgefaßtes Wörterbuch der schönen Wissenschaften und freyen Künste; a été publié par Johann Christoph Gottsched en 1760 à Leipzig. On y trouve deux articles de Luise Adelgunde Victorie Gottsched, qui parlent de manière très détaillée de Silvius Leopold Weiss. Ces articles étaient connus depuis fort longtemps, mais Franck Legl a été le premier à prendre conscience  de leur importance historique. Il montre que Luise Gottsched qui l'a écrit, a été très proche de Silvius Leopold Weiss. Donc ces articles sont un important document sur la vie de Silvius Leopold Weiss (voir l'essai du Dr Frank Legl Zwischen Grottkau und Neuburg, Neues zur Biographie von Silvius Leopold Weiss;, dans Die Laute, Jahrbuch der Deutschen Lautengesellschaft, Nr. IV, 2000, S.1-40).

Die Laute 

Luth, le

est un instrument à cordes pincées par les deux mains.  Dans un premier temps, l'instrument avait six cordes doubles, puis, surtout avec Silvio Leopold Weiss, il a acquis une autre forme. Grâce à son harmonie, son côté agréable et sa capacité à s'accompagner lui-même, il peut être un passe-temps pour les solitaires. Mais il peut également être utilisé dans les plus grands concerts, s'il a 13 choeurs et est théorbé. Ce sont les Gaultiers qui, en France, étaient les plus célèbres joueurs de luth à la fin du siècle dernier. L'Allemagne honorera Weiss pour l'éternité comme le second père et le plus grand maître du luth. Il semble que cet instrument ne soit pas assez facile et bruyant pour l'insouciance française, alors qu'en Allemagne on l'apprend dès son plus jeune âge. 
(Handlexicon, c.1004f)

Silvio Leopold Weiß

Weiß, (Sylvio Leopold)

fut un grand joueur de luth, né à Groetkau, un petit village de Silésie, en 1687. Son premier maître fut son père qui le forma si bien qu'il joua à l'âge de 7 ans devant l'empereur Léopold. En 1710, il partit pour Rome après avoir sillonné l'Allemagne et attiré l'attention des foules. En 1718, il fut nommé à Dresde par le roi August II. Le grand artiste peut en quelque sorte être appelé le père du luth car il lui donna une nouvelle forme. Il le fit passer de 11 à 13 choeurs, lui donna un manche en théorbe, et il apparaît, grâce à lui, dans les plus grands concerts. Ses compositions sont plus remarquables que les autres. Ceux qui disent que les compositions sont trop difficiles sont soit trop insouciants/négligents soit trop vieux, ou ils s'intéressent à un autre instrument ; les partitions sont également difficiles à trouver car leur auteur rechignait à les diffuser. Celui qui en possède une grande collection doit la considérer comme un trésor inestimable. Son toucher était très doux et qui l'entendait se demandait d'où venait les tonalités. Il était incomparable en imagination et dominait le piano et le forte. En un mot il maîtrisait son instrument et en faisait ce qu'il voulait. Son oeuvre se divise en solos, trios, grands concerts, Tombeaux (celui dédié au comte de Lochi est incroyable), et il ne reste que quelques pièces galantes. Il mourut en 1750 et avec lui le monde a perdu le plus grand luthiste que l'Europe a jamais entendu et admiré.
(Handlexicon, c.1644f)